Voyage dans l'est de la Turquie ( voyage de 11 jours dernière partie)

Publié le par lesorteilsausoleil

DSCN1334.JPG

Photo :Chez les kurdes, Elif et ses copines

Bonjour,

Il s’agit donc maintenant de la dernière étape de notre voyage de 5000km au travers de la Turquie : l’est de la Turquie. Celle qui soit dit en passant, j'ai préféré :) 

Bon cet article à plus de photos, comme ca, se sera peut être moins relou de lire (ou vous évitera de lire;) )

Revenons à nos moutons, dans l’est, nous avons rencontré les kurdes ! On s’est aussi rendu compte du fossé de développement et de mode de vie entre la Turquie de l’ouest et la Turquie de l’est… et il est considérable !  Alors qui sont les kurdes ? Alors les Kurdes vivent au Kurdistan. Non en fait, j'ai cru comprendre ils aimeraient vivre au Kudistan mais ce pays n’existe pas pour le moment. Donc, ces kurdes, se retrouvent disséminés dans la partie est de la Turquie et les pays frontaliers comme Iran Irak, Syrie…

 kurdes.gif

Voilà une carte qui montre où se touve la majorité des kurdes et donc le potentiel Kurdistan.

 

J'ignore beaucoup de choses sur les kurdes, mais j'ai essayé de me renseigner suite à mon voyage. Visiblement, ils ont leur propre culture, leur propre langue mais on n’accepte pas qu’ils créent leur propre pays. Je ne connais pas bien les conditions, le conflit à l'air très compliqué : j'ai fait l'expérience d'annoncer à Ümit qui est turc que je suis allée au Kurdistan... il m'a souri par politesse mais je crois que ça ne lui a pas trop trop plu que j'appelle cette partie de la Turquie de cette manière, pas de réponse. Pour lui, dire que je suis partie dans le « sud-est anatolien » le satisfaisait davantage. Cependant, quoi qu'on en dise, il n'y a que des kurdes dans l'est, c'est un fait. Pour vous donner un ordre d’idée, si j'ai bien compris la langue kurde n’est plus interdite en Turquie depuis les années 2000…. En fait, ils sont une minorité (12 milions) et sont très mal vu par les turcs, il y a sans arrêt des contrôles de la part des soldats turcs la bas…je l'ai vécu alors que je faisais du stop avec un kurde. De l’autre côté, on trouve le PKK (le parti des travailleurs kurdes) qui est une guérilla contre l’armée turque et son gouvernement. Ce sont des gens armés dans l’est de la Turquie qui prônent l’indépendance des kurdes pour créer le Kurdistan. Donc, pour résumer il y a très régulièrement des attentats, enlèvements, assassinats, destruction de bâtiments (hopitaux, écoles…)…etc etc..  23 000 membres du PKK auraient été assassinés en 20 ans…  En tout, on dit qu'il y a eu 37000 morts dans la région !! Donc voilà pour le décor que j'ai essayé de planter, mais avec des pincettes car je tiens ces infos de ce que j'ai vu et d'internet. Peut-être que tout n'est pas juste alors ne pas trop m'en vouloir s'il vous plait.... En tous cas, nous nous sommes rendus temporairement dans cette région.

 

Le samedi 12 mai :

Nous passons à la petite frontière entre la Turquie et la Géorgie, 2 bureaux. C’est tout petit. Le douanier voulait absolument trouver des problèmes à Vojta, il lui a tenu la jambe une demi heure, à vérifier en long et en large le passeport… Ce passage de frontière est tellement petit qu’il n’y a pas de bus qui passe par cette route, alors soit il faut marcher à pied jusqu’au prochain village soit il faut faire du stop. Un camion nous prend à 11h, il s’agit d’un kurde ! Se sera un voyage très très lent, nous nous sommes rendus jusqu’à Igdir à 30km/h, puisqu’il s’agissait de montagnes. Parfois des pics à 2500m… Il nous a fallu une journée pour faire 300km ! Mais de très beaux paysages, parfois vide, avec des montagnes zébrées par la neige, des gens vivant dans des maisons de torchis avec leur troupeau de chèvres, beaucoup de vaches aussi au milieu de la verdure qui apparaît parfois.

DSCN1227.JPG

Photo : paysage pris du camion 

 

On a aussi pu voir des maisons de fortune au milieu de débris de récupération, comme des bidonvilles ou même des yourtes, Mais quels beaux paysages ! verdure, rivières, vallées… souvent il n’y avait vraiment rien à l’horizon aussi ! juste notre route qu’on parcourait tout doucement. J’ai beaucoup aimé ce coin ! C’est ici qu’on se rend compte qu’il y a un fossé énorme entre l’est et l’ouest… Dans notre coin, à Antalya, on n'aurait jamais pu voir une pauvreté pareil… Notre chauffeur ne parle pas beaucoup mais est sympathique, il sourit parfois… Il ne s’arrête jamais de rouler alors que la réglementation l’oblige je pense à s’arrêter au moins toutes les 4 heures…On s’est arrêté au bout de 5h pour manger à Kars, avec un de ses amis mais notre chauffeur poid lourd n’arrivait pas à manger, il est d’ailleurs très maigre, il a l’air fatigué… Il est 17h30, il faut repartir, on est encore loin….  Nous partons pour Igdir. Puis, des soldats nous font signe de nous arrêter. Notre chauffeur est kurde, les soldats sont turcs (la jandarma)…ca ne s’annonce pas très bien, le chauffeur s’arrête. les soldats demandent ses papiers, et nos papiers, pas de problème. Les soldats sont trois, ils vont vérifier en long et en large le camion pendant beaucoup de temps ! Le responsable des soldats parle très fort et très mal à notre chauffeur (même si je ne comprend pas ce qu’il dit, le ton n’est pas courtois du tout). Avec Vojta, on ne voit pas très bien ce qui se passe, ils sont tous les 4 à l’arrière, nous on est confinés à l'avant du camion et dans les rétros on voit mal…on entend juste crier le soldat..c’était un peu le stresse il avait roulé plus de 4h juste avant…ou peut être que le camion est trop lourd, on roule à 30… Puis les soldats vont rentrer dans la remorque pour vérifier. Au bout de longues minutes, notre chauffeur reviendra. C’est fou, il nous dira qu’ils n’ont rien  à lui reprocher…le pauvre…

 

 

Puis, il fait presque nuit, le chauffeur est très fatigué, n’a pas mangé de la journée quasiment, et s’endort, il faut qu’on lui parle… pas facile… Nous arrivons aux alentours de 22h à Igdir (ville à la limite de la frontière iranienne et arménienne), on lui laisse nos numéros et nous dépose dans le centre ville. Et là, dans la ville c'est le grand BORDEL ! Nous arrivons là, à la fin d’un match de foot entre les deux plus grosses équipes de Turquie ! Et Fernebahce est championne de Turquie !!! Les gens sont tous en orange et jaunes, cris dans les voitures, sont debout dans les voitures à claxonner, chanter…. Nous cherchons un hotel, ou une pension, pas de camping possible aujourd’hui, on est en plein centre ville d’une grosse ville en pleine joie partout, dans toutes les rues ! Ca me rappelait quand la France avait gagné la coupe du monde….  J’étais fatiguée, énervée, j’avais envie de tous les frapper…. Tous hyper contents, mais on en avait rien à carrer, ce qu’on voulait c’est trouver un endroit ou dormir. On trouve deux hotels chers.. (70 TL la nuit=30€)….et là MIRACLE. Au milieu de tout ça, notre chauffeur nous rappel, on lui raconte nos malheurs et 30 minutes plus tard, une jeune femme arrive, et nous dit de la suivre : Trop jolie, 25 ans, en ptite robe, très souriante, au milieu de ce carnage…c’est une amie du chauffeur ! Elle nous invite à dormir dans son superbe appart avec son copain (son frere ? j’ai jamais compris…). Couple hyper moderne, assez aisés, profs, qui parlent à peine anglais…trop cool ! très curieux sur nos vies ! Bonne soirée :)

Dimanche 13 mai :

DSCN1242.JPG

Photo : Ptit déjeuner che la jeune Sevda

Bien dormi dans une mignonne petite chambre, petit dejeuner énorme à une table basse par terre avec le couple jeune et cool. (helva, concombres, tomates, olives, omelette, pain, thé noire "çai", confiture faite maison….) Et nous voilà repartis ! Igdir, c’est spécial, tous les magasins ressemblent à des petits hangars (genre que des mini-Noz’). Les batiments de chaque côté des ruelles sont très bas, ils ont très peu d’étage pour la plupart, et il n’y a que des hommes dans les rues. Avant de me quitter, Sevda m'a offert de l'helva, trop gentille ! :)

DSCN1246

Nous traversons un ‘désert’ avec des blocs de roche (paysage qui me faisait penser à l’Australie, même si je n'y suis jamais allée), pour nous rendre à Doğubayazit : Magnifique mosquée très ancienne et restaurée, belle vue de la ville….Nous avons rencontré un groupe d’enfants kurdes qui étaient fan de nous et nous prenaient sans arrêt en photo. Juste avant, on a pu voir les très hautes montagnes cités dans la Bible : Le mon Ararat de 5130m de haut !!! Puis, on boit notre reste de bière géorgienne et l’elva (offert pas notre princesse).

P5130101

DSCN1297.JPG

Les deux photos : Dogubayazit

Et hop, direction Van en car. Voyage de 2h45 ! Toujours le même style de village assez pauvre durant ce voyage, et les maisons sont toujours très écartées les unes des autres, et très basses aussi. Les villages entre eux sont eux aussi très écartés. 

Arrivée à Van : Ville qui a connu un énorme tremblement de terre 6 mois avant notre arrivée (novembre 2011). On se croirait en Iran. Grosse ville, très poussiéreuse, air difficilement respirable, tout est gris, tous les bâtiments fissurés, en parpaing sans peinture… Nous marchons dans les rues, les enfants jouant un peu partout nous disent « Hello » sans hésitation. Mais les gens sont plus derrière les fenêtres à nous regarder … Ceux discutant dehors, nous regardent sans sourire, mais dès qu’on commence à parler, ils se détendent. Nous marchons le long d’un grand camp militaire accolé à la ville. Ce n'est pas si surprenant que ca, mais cela ne valorisait pas la ville à mes yeux... En tous cas, impossible de camper.

DSCN1321.JPG

DSCN1323.JPG

Photo : Van et le carnage du tremblement de terre (maison fissurée, tentes d'ONG...)

Une famille nous invite à boire le thé. Nous buvons avec eux, ils parlent tous kurdes…ils sont beaucoup et très souriants…que des femmes, 1 seul homme, 2 enfants… nous buvons devant leur maison complètement fissurées par leur tremblement de terre. Apparemment, avant que nous venions, ils étaient en train de travailler à l’intérieur. Nous cherchons à bouger, car il est 19h il faut qu’on trouve un coin ou dormir…. Un gros orage éclate…après discussion, Vojta veut dormir dans la grotte qu’on voit au loin, et moi je veux retourner chez les gens… j’ai le dernier mot, on y retourne : et ils vont nous inviter à dormir ! On arrive dans le grand appartement aux très nombreuses portes. Et en fait, on est surtout arrivée dans une pure famille kurde traditionnelle je crois ! Nous arrivons dans salle à manger, 3 canapés, que des femmes et des enfants, et un monsieur très âgé sur un des canapés… mais pleins de monde toute la soirée. Est-ce que c’est normal ou ils sont tous venus nous dire bonjour ? Aucune idée. Une des femmes nous met une nappe sur le sol, deux pleines assiettes de riz, une assiette de cuisses de poulet, 2 pains, un bol de yaourt… juste pour nous deux ! C'est la première fois que je mangeais par terre en Turquie, ce qui montre le côté traditionnel de la famille je pense. 

DSCN1328.JPG

DSCN1330.JPG

Photos : Soirée dans une famille kurde traditionnelle

INCROYABLE. On était tous les deux par terre à manger, et une dizaine de personnes sur les canapés autour de nous à nous regarder. Devant ces cuisses de poulet, je ne savais pas trop quoi faire …je demande si je peux manger les manger avec les mains, son éclat de rire me donne à priori le feu vert… J’étais heureuse !  Cette situation était absolument géniale ! Et puis, des invités venaient nous voir, par groupe de 6 pour nous souhaiter la bienvenue, et repartaient ! Puis nous avons joué avec ces enfants kurdes. Très mignonne Elif.. Ca maman est très belle je trouve. Ca parle que kurde ici… on regarde une chaîne de télévision kurde… Le plus vieille homme sur le canapé ne bouge pas, ne parle pas beaucoup, il manipule son collier de perles, comme tous les musulmans… quand c’est l’heure de la prière, il se met à terre, sort son tapis et se met à prier…(2 fois ce soir là) Tout le monde est très gentil, offre du thé sans arrêt.

DSCN1338.JPG

Puis arrive le moment d’aller se coucher…on découvre notre chambre… ou plutôt le deuxième salon, probablement pour les invités ou les grandes occasions. UN SALON ROUGE ENORME, avec des coussins rouges partout le long des murs !

On s’aperçoit que cette maison est complètement blindée. Il y a des doubles portes aux fenêtres, des grilles et les volets sont fermés et en plus de tout ça nous avons des rideaux. Et ça a l'air d'être comme ça partout dans la maison. On se rappelle alors d’un coup de l’insécurité qui reigne dans la partie kurde, et du danger qui survient à tout moment. Derrière tous ces sourires, ils ont en fait peur je ccrois. Ils sont géniaux, vivant dans une ville un peu dangereuse, acceptent deux étrangers chez eux, restent souriants…ouaho..

DSCN1344.JPG

Photo : Notre petite chambre

Lundi 14 mai :

Au petit matin, nous quittons cette belle famille. Pour l'anecdote ce matin là, la maman d'Elif remarque au passage mes chaussettes trouées et m'en offre. Nous visitons un peu la ville le matin à pied, toujours toutes ces maisons inhabitable car trop endommagées par le tremblement, un paquet de gens encore en train de vivre sous des tentes…des camps entiers de préfabriqués, des casses énormes de voitures mortes…en 6 mois, rien a bougé apparemment… pleins d’enfants sont dans les rues… apparemment ici les enfants ne vont pas à l’école ou alors c'est les vacances scolaires. Puis, nous visitons le château, allons voir le lac…le plus grand lac de Turquie ! Le lac salé de Van ! 13h30, nous prenons un bus pour rentrer à Mersin.

DSCN1393.JPG

Photo : Les bus ultra modernes de Turquie et super confortables : Il n'y a pas de train pour aller d'une ville à une autre en Turquie, donc les bus sont plutôt confortables. Et puis faut bien ça pour faire 15h de bus, on était bien content d'avoir nos 15 chaines de télévision...en turc !

Nous longeons (de loin) la frontière syrienne, le bus se fait arrêter de nombreuses fois par les soldats, contrôle des papiers. C’est la région la plus contrôlée en Turquie. On est en montagne, le paysage n’est pas rassurant, il y a beaucoup de camps militaires. 

Nous passons par Batman, Saniurfa, Adana, pour arriver à Mersin ! Ville industrielle et riche. Nous revoilà dans la partie ouest de la Turquie. Il est 6h du matin. On a passé la nuit dans le bus. Il fait très beau et chaud, nous revoilà dans le sud. C’est parti pour l’autostop, let’s go to Antalya, près de 400 km, c’est sympa le stop, j’adore ca et ça faisait longtemps. Petit déjeuner avec un chauffeur, thé avec un autre… dernier transport original, à l’arrière d’un ecamionnette avec un matelas par terre. On a pu s'allonger !

DSCN1438.JPG

Photo : Le ptit dej offert par le chauffeur, la routine, toujoursaussi copieux ! :) Pleins de confitures différentes, une omelette, des pains différents, des olives, des légumes, des fromages...etc etc

Voilà, cette dernière partie du voyage restera une très belle découverte, bien loinde ce que je pex connaître dans ma vie quitodienne de petite française. J’en garde un tres beau souvenir…et puis cette nuit avec une famille traditionnelle, c’était riche ! Me voilà rentrée, j'étais bien contente de prendre enfin une douche. Je ne sais pas ce qui se passait dans l'est mais l'eau de la salle de bain ne fonctionnait jamais…alors lavage aux seaux d’eau, ou pas de lavage du tout..hum.

DSCN1420.JPG

Photo : 6h du matin, Mersin !

 

 

Vous voulez découvrir d'autres articles sur mes voyages en Turquie ? Je vous laisse cliquer sur ce lien " Voyages " listant tous les périples que j'ai pu raconter dans ce blog. Vous pouvez aussi découvrir les articles concernant mes Premiers jours en Turquie, la Culture turque, la Vie quotidienne ou encore la Nourriture.

Publié dans Voyages, Culture

Commenter cet article

Lesorteilsausoleil 31/12/2016 00:08

Je pense que tu as tout a fait raison, je vais revoir ce que ecrit il y a 5ans maintenant, car ca ne correspond pas en effet a la realité. Desolee pour ces grossieres phrases....

Selocan 31/12/2016 00:25

Je ne pensais pas du tout avoir un retour... :) je te remercie de ta compréhension et te souhaite de bonnes fêtes.

Selocan 31/12/2016 00:03

J'ai vraiment apprécié ton blog mais t'as parti sur le "Kurdistan" est hallucinante... Tu commentes les faits avec peu d'informations. Il d'agit d'un sujet assez sensible. Mais si tu parles des morts du côtés des PKK, tu aurais pu annoncer les nombres du côtés des turcs. Je suis déçue d'avoir lu les choses de cette façon sur ton blog. Il faut d'abord apprendre à faire la différence entre Kurdes et PKK. Tous les kurdes ne soutiennent pas ce groupe terroriste. En effet, même l'ONU accepte que c'est un groupe terroriste. Parler d'eux, comme s'ils étaient les victimes est alarmant.

Chris 10/10/2013 15:03

merci pour ton récit passionnant que je viens de découvrir
je connais seulement avec regret la Turquie touristique.
Chris.

Charlotte 13/10/2013 13:42

Je te remercie Chris pour ta remarque bien sympathique !!
Pas de regret à avoir, la Turquie touristique fait elle aussi partie intégrante de la Turquie ;)

Chris 10/10/2013 15:02

merci pour ton récit passionnant que je viens de découvrir
je connais seulement avec regret la Turquie touristique.
Chris.